Splendeur et misère d’un professeur de piano

Splendeur : « ça fait 2 mois que j’apprends un morceau en cachette pour te faire plaisir… »

Misère : … la version simplifiée pour une seule main de «ma liberté de penser» de Florent Pagny. »

Splendeur : « Je voulais te dire que t’étais vraiment une super prof… »

Misère : …grâce à toi, j’ai pris conscience qu’il fallait que je fasse du yoga pour vraiment m’épanouir. »

Splendeur : « A Noël, j’ai joué devant toute la famille, ils étaient super impressionnés.. »

Misère : …mais mon cousin m’a demandé pourquoi je savais toujours pas jouer la Lettre à Elise au bout de dix ans. »

Splendeur : « Je suis à la retraite, je peux donc venir quand vous voulez… »

Misère : …sauf le lundi, le mardi, le jeudi et vendredi, parce-que j’ai bridge, tennis, mes petits-enfants, le club de tricot, mes cours de langue, IKEA et les rendez-vous chez le veto pour mon cochon d’inde. »

Splendeur : « Nan, vraiment, je prends le piano très au sérieux… »

Misère : …travailler plusieurs heures par semaine vous dites? »

Splendeur : « J’adore les nocturnes de Chopin… »

Misère :  …comme quoi, on n’a rien fait de mieux depuis le 17ème siècle. »

Splendeur: « Y’a rien de plus beau que le son d’un piano… »

Misère : …c’est ce que je me dis à chaque fois que j’allume mon numérique… »

Splendeur : « C’est sûr que c’est important d’avoir les bases pour composer…

Misère : ..et qu’est-ce que vous pensez des boîtes à rythme? »

Splendeur : « Je me rends compte que j’entends plus de choses depuis que je joue du piano…

Misère : …ma sonnette, mes voisins, l’alarme de ma voiture. »

Splendeur : « J’ai toujours rêvé de faire du piano, petite…

Misère : …c’est pour ça que j’ai vraiment voulu que ma fille apprenne à jouer. »

Splendeur : « Moi, je ne fais jamais les choses à moitié et ce sera pareil pour le piano…

Misère :…quand j’aurais pas eu le temps de bosser, ce ne sera pas qu’à moitié. »

Splendeur : « Je me suis dit, à bas les préjugés, tu peux commencer le piano à l’âge adulte…

Misère : …mais ma mère m’a fortement déconseillé, en fait. »

Splendeur : « Quand j’entends Argerich jouer, je me dis que c’est tellement magnifique…

Misère : …qu’il vaut mieux que j’arrête, puisque je ne jouerai jamais aussi bien qu’elle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>