Mémoire d’empreintes, par Brigitte Bouthinon-Dumas

 

 

memoire d empreintes

 

 

On aimerait qu’il y en ait plus des livres pédagogiques d’une telle densité. Petit par son format (à peine 130 pages au format poche), ce livre a pourtant « tout d’une grande ».

L’auteure, qui est professeur au CNR de Paris, nous livre ici sa très riche expérience d’enseignante et aborde tous les grands sujets qui préoccupent les pianistes, de la position de la main, à l’utilisation de la pédale, du trac à la concentration, avec des réflexions sur le choix des morceaux, les rapports entre le professeur et l’élève…etc.

Le fil rouge étant l’ancrage des doigts dans le clavier. Tout par de là. Sans ancrage, pas de stabilité au piano, pas de technique réellement bien faite, pas de possibilité de se détendre vraiment et d’interpréter hors de toute contrainte physique.

Cet ancrage, à mon sens, est le plus difficile à sentir, pas forcément pour les raisons qu’on croit. Une fois qu’on s’y attèle vraiment, qu’on est prêt à modifier la posture de son corps, qu’on se met à l’écoute de ses sensations, on finit par trouver cet ancrage.

Mais la plupart du temps, les élèves pressés n’en tiennent pas compte. Ils pensent souvent qu’un morceau passera d’autant mieux qu’il sera joué vite, à la surface du clavier. Ils ne parviennent pas à prendre le temps d’écouter réellement ce qu’ils jouent.

Un jeu sans ancrage, c’est un jeu qui ne favorise pas l’égalité, le contrôle du son. C’est aussi un jeu raide car on ne peut se poser nulle part et donc se détendre.

Il faut oser se poser dans le piano. Tout comme il faut oser se poser quelque part. Janine Rodière le dit également dans son livre « Construire sa voix » (cf article) : arrêtons de lutter contre la gravité. Pour elle, le refus de s’ancrer réellement s’apparente à un refus de laisser la vie circuler librement en soi.

Brigitte Bouthinon-Dumas ne le formule pas de la même façon, mais l’idée est très proche. Il n’y aura pas de jeu vivant, de jeu libre, détendu, sans un bon ancrage des doigts dans le clavier.

Lorsqu’on aborde cette question avec les élèves, la difficulté principale à mon sens, c’est que cela remet en question une posture entière, une façon d’être, quelque chose qui dépasse largement le cadre du piano.

Brigitte insiste sur la stabilité du doigt. C’est elle qui doit être cherchée en priorité. Si sur chaque doigt, on s’ancre bien dans le bout de la phalangette, le jeu gagne en stabilité et donc en sécurité.

Faites confiance à votre piano, il est largement assez solide pour retenir le poids de vos doigts et même de votre corps. Il peut supporter des pressions hallucinantes. Ce discours prêtera peut-être à sourire, mais c’est ce qui se passe en réalité. On n’ose pas car on a peur de lâcher quelque chose dans le clavier.

Au pire, ce sera une fausse note. Et alors? Comment faire comprendre que l’essentiel de ce que vous aurez à transmettre n’est pas là, mais plutôt dans le plaisir que vous éprouverez à jouer.

A vous de développer votre conscience tactile (le professeur doit vous y aider quand même). Ça ne se fait pas du jour au lendemain, mais quand on commence à le faire, on réalise qu’on parvient beaucoup plus facilement à modeler le son. Ça devient plus ludique du coup, le piano « répond » mieux et vous gagnez en assurance car vous apprenez peu à peu à contrôler ce que vous faites.

« La stabilité me semble être le socle de toute pratique pianistique. Elle est un équilibre détendu, source de confort physique et mental. C’est de cet équilibre détendu que l’on prend conscience de l’empreinte des doigts au fond du clavier et de la sensation correspondant au son. »

« La raideur tue la sensation. »

« C’est la prise de contact initiale du doigt sur la touche qui fera la qualité du son, car on n’a plus d’action sur une note déjà frappée. Pour être stable, il ne suffit pas de se tenir droit (c’est-à-dire de corriger un dos); le but final est l’assise de la phalange, siège de l’empreinte tactile. »

« La stabilité inclut d’elle-même la détente dès l’instant que le doigt a pris correctement contact avec la touche. »

Bonne lecture!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>