Bien choisir son professeur de piano

En cette période de pré-rentrée scolaire, il m’a paru utile de partager avec vous quelques conseils pour le choix de votre professeur.

Ces conseils restent subjectifs, mais étant donné les profils très différents avec lesquels j’ai pu travailler, j’ai repéré quelques constantes.

1. Le professeur que vous choisirez doit immédiatement vous inspirer confiance. C’est basique, mais primordial puisque la relation d’apprentissage se fonde là-dessus. Si vous « ne le sentez pas », vous avez raison. Faites confiance à votre intuition.

2. J’en viens à un point essentiel: Un professeur, même s’il est compétent, n’est pas forcément le bon professeur pour tout le monde. A vous de trouver le professeur qui est fait pour vous (ou pour lequel vous êtes fait ;) . C’est un peu comme lorsque vous vous rendez chez un psy ( spéciale dédicace à O. que je ne nommerais pas :)

3. A bas la sacro-sainte « méthode ». Tout comme Heinrich Neuhaus (professeur du grand pianiste Sviatoslav Richter, entres autres, au conservatoire de Moscou), je suis convaincue que ce qui fait avant tout progresser l’élève, c’est la personnalité du professeur et non pas sa méthode. A vrai dire, quelle méthode serait la bonne? Puisqu’il « suffit » de travailler le répertoire et la technique. Voilà la méthode (qui n’en est pas une, en réalité)

4. Si votre professeur dispose d’un vrai piano accoustique (et non pas numérique), c’est quand même mieux. Les vendeurs de piano sponsorisés par Yamaha auront beau vous dire que « c’est très proche », rien ne vaut la sensation d’une corde qui vibre et le toucher d’un vrai piano. D’autant plus que si vous ne pouvez pas en avoir un chez vous, vous pourrez au moins titiller celui du prof.

5. Ne traversez pas Paris pour aller prendre vos cours, sauf si vous êtes amateur de vélo (sous la pluie) ou des transports en commun (on sait jamais). Les adultes prennent souvent des cours le soir. Si vous passez 2h dans les transports pour une heure de cours, vous risquez la fatigue et à terme, la démotivation. Surtout les soirs d’hiver enneigés (eh oui, il neige à Paris parfois…on fait des bonhommes de neige et tout, c’est sympa)

6. Ne croyez jamais un charlatan qui vous promet des progrès phénoménaux en quelques mois. Et pourtant, je réalise à quel point il est utile de rappeler que l’on ne peut pas tricher avec un instrument, que cela demande du temps et de la patience et qu’à vouloir aller trop vite en forçant, vous gagnerez simplement…une bonne tendinite et un arrêt contraint de votre pratique (remarque, une bonne raison de rester chez vous avec un plaid et une tisane les soirs d’hiver enneigés justement)

7. Entre l’expérience et les diplômes, je choisirais pour ma part la première. Un pianiste surdoué, bardé de diplômes n’est pas forcément un bon pédagogue. Puisqu’en général, ayant été surdoué, il n’a pas forcément réfléchi aux difficultés que rencontre le commun des mortels et qu’il a résolu beaucoup plus facilement.

8. Justement, on joue avec sa tête et son corps, lieux de nombreux blocages, en général. Etre à l’écoute de ces derniers permet de progresser. Un professeur qui n’est pas à l’écoute de cela sera, à mon sens, incapable de vous faire dépasser vos blocages qui ne manqueront pas de se révéler dans la pratique…eh oui, le piano est un miroir implacable, mais tellement instructif.

9. Un bon prof doit vous donner envie de découvrir du répertoire, d’ouvrir votre horizon musical. A bas les limitations de style ou d’époque, vive l’éclectisme. Si vous tombez sur un prof aigri qui considère que l’on n’a rien fait de bien depuis la fin du 19ième siècle, FUYEZ! lol

10. Allier contrainte et plaisir n’est jamais une chose facile. Apprendre à travailler mais aussi s’amuser, partager. Entre le prof psycho-rigide et le post soixante-huitard paumé, il y a un juste milieu. A vous de le trouver!

En espérant que ces réflexions personnelles vous auront quelque peu aidé à débrouissailler votre chemin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>